Les savons de Louise

Bonjour !
Aujourd’hui, retour sur l’atelier Saponification A Froid (SAF) animé par Louise lors du Week-end du Bioneure, qui a connu un grand succès. La meilleure façon de la remercier serait de nous répondre en envoyant les photos de vos savons faits à la maison !

A la fin de cet article, vous trouverez un lien pour le télécharger au format PDF 😉

Le savon est le produit de la combinaison d’une une matière grasse (huile végétale, beurre végétal, matière grasse animale…) et d’un alcali (soude ou potasse).

Pour la fabrication de savon solide, c’est la soude (hydroxyde de sodium) qui est utilisée. La potasse (hydroxyde de potassium) sert à la production de savons pâteux ou liquides (savon noir, savon de Marseille liquide). Nous ne parlerons ici que de la fabrication de savon solide, à la soude.

Les huiles et beurres sont constitués en majorité de triglycérides d’acides gras. Lors de l’ajout de soude, les molécules se recombinent pour former des molécules de savon et de glycérine.

La saponification à froid est la méthode la plus saine pour réaliser des savons à la maison à base d’ingrédients naturels et en limitant considérablement la production de déchet.

Elle nécessite un calcul précis de la quantité de soude nécessaire à la saponification. Le mélange huiles + soude (diluée) est réalisé à température ambiante.

La saponification est une réaction totale : elle continue jusqu’à épuisement de l’un des réactifs (huiles ou soude). Pour garantir le fait de ne plus avoir de soude dans le savon fini, il faut prévoir un excès d’huiles, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas tout à fait assez de soude pour transformer toute l’huile en savon. La saponification s’arrêtera alors quand toute la soude sera consommée et il restera de l’huile non saponifiée dans le savon final. Le savon sera dit « surgras ». Ce « surgraissage » va apporter une plus grande douceur et des propriétés nourrissantes et adoucissantes au savon.

La saponification est une réaction assez lente à température ambiante. En saponification à froid, le savon doit donc subir une « cure » (temps de séchage) d’au moins 4 semaines après fabrication, pour laisser à la saponification le temps de bien se terminer. La cure permet aussi de sécher le savon.

Sécurité :

La soude, même diluée en lessive de soude est un produit très corrosif. Lorsque vous vous lancez dans la fabrication de savons, ayez toujours à proximité :

  • De l’eau pour rincer IMMEDIATEMENT les parties qui auraient reçu une projection.
  • Puis du vinaigre blanc, pour neutraliser ensuite définitivement les effets corrosifs.

Il vaut mieux ne pas mélanger ustensiles de cuisine, et ustensiles à savons. Si toutefois vous voulez vous servir de vos instruments ayant servi pour fabriquer vos savons à un usage alimentaire, il faudra les rincer au vinaigre blanc et bien les laver.

Recette de base pour 20 savons :

Ustensiles :

  • Balance électronique
  • Mixer
  • Grand Bol
  • 1 bol avec bec verseur
  • Fourchette
  • Gants et masque de protection

Ingrédients :

  • 442g de lessive de soude (en magasin de bricolage)
  • 558g d’huile d’olive
  • 311g d’huile de coco
  • 124g d’huile de ricin

Bien entendu, vous pouvez modifier ces quantités en gardant scrupuleusement les proportions pour en faire plus ou moins.

N’hésitez pas à utiliser le calculateur de saponification  Mendrulandia, ainsi vous pourrez rentrer les huiles et les quantités que vous souhaiter utiliser puis le calculateur vous dira combien utiliser de soude et vous donnera les propriétés du savon dosé ainsi : https://calc.mendrulandia.es/?lg=fr

Nous commençons par préparer les huiles dans le bol, attention à rester précis dans la pesée. En cas de surplus, vous pouvez utiliser une seringue pour prélever le surplus.

Dans le second bol, pesez la lessive de soude.

Versez en mince filet, la lessive de soude dans les huiles, tout en mélangeant doucement  avec une fourchette pour éviter les projections.

La réaction est immédiate et le mélange commencera à se troubler puis s’épaissir.

Utilisez ensuite le mixer plongeant pour continuer à épaissir doucement le mélange jusqu’à l’obtention de la « trace », c’est à dire que lorsque vous retirez le mixeur du mélange il laisse une trace dans votre pâte à savon. Cela peut faire penser à la prise d’une mayonnaise mais pas trop épaisse.

C’est à cette étape, « La Trace », que s’ajoutent huiles essentielles et colorants.

Disposez dans les moules puis recouvrir afin d’éviter l’apparition de dépôt blanc disgracieux, et conserver 48h, le temps nécessaire au mélange pour bien durcir.

Utilisez une paire de gants pour le démouler, et mettez votre savon en cure 4 semaines.

La réaction continuera pendant 4 semaines, avant ce temps, la soude n’aura pas disparu et le savon sera trop agressif pour la peau. Le ph idéal du savon est entre 8 et 9.

Ajouts optionnels :

Des huiles essentielles, 10ml par kilo d’huile apporteront un parfum et quelques propriétés propres aux huiles. (A utiliser avec parcimonie de manière générale et à éviter pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants).

Pour un savon plus dur, 20g de cire d’abeille par kg d’huile

Des colorants (cc – cuillères à café) :

  • Curcuma (jaune)             2 à 3 cc par kilo d’huile
  • Curcuma (orange)          3 à 6cc par kilo d’huile
  • Paprika (rose à rouge)  1 à 4cc par kilo d’huile
  • Chocolat en poudre       1 à 3cc par kilo d’huile
  • Ghassoul (brun)              1 à 4cc par kilo d’huile
  • Argile verte (vert)           1 à 4cc par kilo d’huile

Le Shampoing solide

Le Shampoing solide est un savon avec des propriétés différentes, mais sa création est exactement la même, seule la recette change

Recette de base pour 20 shampoings solides :

Ingrédients :

  • 364g de lessive de soude
  • 500g d’huile d’olive
  • 250g d’huile de coco
  • 250g d’huile de ricin
  • 30g d’huile de Jojoba (à la trace)
  • 10ml d’huiles essentielles (en option)

Huiles essentielles

Les huiles essentielles vous permettront d’avoir un shampoing au parfum et aux propriétés particulières (si le but est juste de parfumer, préférez les fragrances). Leurs effets sont moindres en saponification à froid du fait du contact avec la soude. C’est pour cela qu’on les ajoute à la trace seulement afin d’en conserver quelques bienfaits.

  • Laurier Cheveux gras
  • Menthe poivrée Cheveux gras
  • Cèdre Atlas Cheveux gras
  • Bergamote Cheveux gras
  • Pamplemousse Cheveux gras
  • Citron Cheveux gras
  • Laurier noble Pellicules, cuir chevelu irrité
  • Géranium Pellicules, cuir chevelu irrité
  • Palmarosa Pellicules, cuir chevelu irrité
  • Tea Tree Pellicules, cuir chevelu irrité, psoriasis
  • Romarin à verbénone Psoriasis
  • Lavande vraie Cuir chevelu ou psoriasis, soulage les démangeaisons
  • Cade Pellicules, cuir chevelu irrité
  • Patchouli Pellicules, cuir chevelu irrité
  • Bois de rose Cheveux fins, sans volume
  • Lemongrass Cheveux fins, sans volume
  • Géranium Cheveux fins, sans volume
  • Ylang Ylang Cheveux secs ou frisés

En plus de faire des économies, faire son savon et son shampoing soi-même vous permettra d’utiliser des produits sains, Bio de préférence, et vous évitera au moins 2 kg de déchets plastique par famille et par an.

Télécharger cet article au format PDF, et le redistribuer

Envoyez-nous les photos de votre production de savons sur asso@bioneure.fr 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *